Lieu

La médina Polizzi d’Agadir

Par:  

LIEU Le tremblement de terre de 1960 a détruit la quasi totalité de la ville d’Agadir. En 1992, Coco Polizzi, un artiste italien né au Maroc, a l’idée de reconstruire une médina, à quatre kilomètres au sud de la ville, sur la route d'Inezgane, en pleine nature, afin de rendre hommage au travail des artisans de la région.

Le Village Artisanal et Culturel, qui s’étend sur 4 hectares, a été bâti suivant les anciennes méthodes traditionnelles pour coller au mieux au patrimoine architectural marocain. Dans ce pays riche en pierres de carrière, toutes les fondations et la maçonnerie du village ont été faites des pierres rouges d’Argana, région entre Agadir et Marrakech, des pierres blanches d’Agadir, de l’ardoise verte d’Anzi et de la pierre jaune de Salé, près de Rabat. Les murs sont érigés en briques de terre et les plafonds en rondins d’eucalyptus. Toutes ces matières naturelles, où les couleurs ocre et sable dominent, se fondent parfaitement avec la végétation environnante.

Une centaine d’artisans, dans tous les corps de métiers, ont investi les lieux et les ateliers, où les visiteurs peuvent assister en direct à la réalisation des objets d’artisanat. Ils peuvent ainsi exercer leur savoir-faire et vivre de leur art.

Mais l’ambition de cette médina est également tournée vers la culture. Un amphithéâtre reçoit des spectacles de musique et de danse, à destination des habitants d’Agadir et des touristes. Des activités culturelles sont organisées pour les écoliers, les étudiants, les associations et tous les acteurs sociaux et institutionnels intéressés par les données à disposition.

Un lieu voulu comme un vaste centre artisanal, où les artisans présentent leurs créations et leur talent, avec un prix d’entrée de 40 dirhams. Mais avant tout, une vraie médina marocaine, où la vie s’écoule entre ferveur et douceur, dans des ruelles animées et chaleureuses.

Une médina pleine de projets, qui verra dans l’avenir la construction de riads, d’un musée, de studios d’artistes, d’un hammam, de nouveaux restaurants et même de lacs artificiels. Et tout ça, grâce à la volonté d’un seul homme et au travail de nombreux autres. Coco Polizzi est un personnage singulier, généreux et particulièrement persévérant, car il en a fallu de l’obstination pour entreprendre la construction de cette nouvelle médina. Alors comme un héritage a laisser, à la question pourquoi tout ça, il répond “avant de partir, tout rendre et tout donner”.

Texte : Stéphanie Jacob

Photo : DR